mercredi 14 décembre 2011

1er décembre 2011 : deux fabuleuses journées, une mobilisation réussie

Tout s'est merveilleusement bien déroulé durant ces deux journées de mobilisation niçoises. La journée mondiale de lutte contre le Sida est de l'avis de tous une grande réussite cette année. Petit retour sur ces heures rythmées par un esprit solidaire et militant : 

Mercredi 30 novembre, pour prendre un peu d'avance, les équipes de bénévoles du Collectif, renforcées par de nombreux jeunes d'Humanice et du Lycée La Providence (un grand merci à eux pour leur énergie, leur volontarisme et leur bonne humeur) avaient rendez-vous avec le public dans plusieurs quartiers centraux de Nice (Avenue Jean Médecin, Vieux-Nice, Piétonne, Place Garibaldi...). L'objectif était un travail de sensibilisation en direction du plus grand nombre : méthodes de dépistage et de prévention, information sur le 1er décembre, échange sur la maladie, ses conséquences et les discriminations qui y sont encore attachées. La journée a pris fin sur la Place Garibaldi au Bus Santé du Conseil Général 06.

Jeudi 1er décembre, la soirée en 3 temps orchestrée par le Collectif a tenu toutes ses promesses. 
Acte 1 : la Marche aux flambeaux entre la Place du Palais de Justice et la Place Magenta. 
Plus de 200 flambeaux ont arpenté les rues du centre-ville, formant un trés émouvant cortège qui n'a pas laissé insensibles les passants. En tête de cortège, la banderole du Collectif  tenue par plusieurs lycéennes aux visages radieux, rappelait à l'occasion que la lutte contre le SIDA ne concerne pas que les militants de la 1ère heure et que la jeunesse doit savoir prendre à bras le corps une question qui continue à les concerner.
Acte 2 : le rassemblement autour du ruban rouge et la minute de silence sur la Place Magenta
Comme chaque année, le représentant du Collectif, Jean-Pierre Paringaux (SIS) a rappelé en quelques mots les enjeux de cette journée. Le professeur Benchimol, représentant la Mairie de Nice et le Conseil général, a rappelé les engagements des institutions locales dans la lutte contre l'épidémie, notamment au travers du CDAG (Centre de Dépistage Rapide et Gratuit). Les personnes présentes ont ensuite illuminé l'immense ruban rouge disposé sur le sol et ont tenu une minute de silence en mémoire aux (trop) nombreux disparus depuis le début de l'épidémie. Pour les remercier de leur présence, un vin chaud leur était offert par les bénévoles du Centre LGBT Côte d'Azur.   
Acte 3 : la projection du film Zero Patience au Théâtre de la Cité
Pour clore ces journées, le Collectif avait prévu la projection du film Zero Patience au Théâtre de la Cité. Cette comédie musicale du canadien John Greyson, réalisée en 1993, a surpris par son ton direct et décalé. Suivant les péripéties du fantôme du patient zéro, que certains accusent d'avoir introduit le virus en Amérique du Nord (thèse réfutée depuis par les experts médicaux) le film revient en musique - la bande son est un régal - sur les idées reçues qui circulaient alors sur l'épidémie alors très présente dans les esprits. Certains se souviendront longtemps d'une des scènes d'anthologie du film, où le réalisateur fait dialoguer entre eux ... les postérieurs des personnages principaux. Un régal. La projection s'est poursuivie par un buffet dinatoire offert aux spectateurs par Harmonie Méditerranée.